Le cout moyen d’une operation, et comment des sabots peuvent ruinier un hopital

l’univers medical est très particulier et il n’est pas rare de constater des mesures d’hygiène complètement différentes entre plusieurs services. Par exemple les infirmières ne doivent pas de laver plusieurs fois de suite les mains comme les chirurgiens. Elles n’ont...<br /><a class="read-more-button" href="https://cialisonlineln.com/le-cout-moyen-dune-operation-et-comment-des-sabots-peuvent-ruinier-un-hopital.html">Read more</a>

l’univers medical est très particulier et il n’est pas rare de constater des mesures d’hygiène complètement différentes entre plusieurs services. Par exemple les infirmières ne doivent pas de laver plusieurs fois de suite les mains comme les chirurgiens. Elles n’ont pas non plus à se désinfecter jusqu’au coude avant chaque intervention. Les blouses des chirurgiens ne sont pas réutilisables alors que celles de aides-soignantes ou des infirmières le sont. Tout dépend de la fragilité du patient que vous traitez. Lorsqu’il a le ventre ouvert sur votre table d’opération, la situation est bien plus critique. En effet une personne qui contractent une maladie durant l’opération aura beaucoup moins de chance de survivre. Il va sortir fragilisé de son opération lorsque la maladie va faire effet. Il est donc indispensable de porter du matériel adapté à la situation. Par exemple les sabots infirmière ne sont pas les mêmes que les sabot bloc operatoire. Ce sont 2 types de sabots qui correspondent à 2 règles d’hygiène différentes. Il est facile de les confondre de l’extérieur, mais leur efficacité antibactérienne est bien différente.

Les sabot bloc opératoire ont pour objectif de ne faire rentrer aucune bactéries mais aussi de n’en faire sortir aucune du bloc. Elles subissent un traitement spécial qui visent à éliminer toutes ls bactéries. Ce traitement est bien plus lourd que celui imposé aux sabot infirmière ce qui explique la différence de prix entre les deux. Ce type de matériel représente une grande partie des dépenses d’un hôpital. Puisque ce type d’équipement nécessite un traitement spécifique et qu’il n’est pas réutilisable, une opération chirurgicale devient la première source de dépense des hôpitaux en France. Malheureusement ce sont des dépenses indispensables, aucun chirurgien n’accepterait (ni son patient) d’opérer avec du materiel déjà utilisé.